Corum se démarque une fois de plus avec la cession d’un actif en Europe

Au mois de mai 2016, la société civile de placement immobilier Corum (anciennement Corum Convictions) cédait l’un de ses actifs espagnols, implanté à Tarragone. La plus-value dégagée par cette cession sera distribuée aux associés sous la forme d’un dividende de 1.64 € par part.

La SCPI Corum distribue un dividende élevé suite à la cession de l’un de ses actifs espagnols

La cession de cet immeuble de commerce, réalisée après 3 ans de détention de l’actif seulement, ainsi que la distribution de la plus-value générée s’inscrivent parfaitement dans la stratégie déployée par Corum. La SCPI se démarque de ses concurrentes par un arbitrage opportuniste de son portefeuille, qui lui a permis d’atteindre le meilleur taux de rendement du marché des SCPI en 2016 (6.30%).

La mise en place d’une stratégie payante

Forte d’un excellent taux d’occupation financier (99.4%) comme physique (99.5%), la SCPI Corum n’a pas hésité à investir plus de 140 M€ au cours du 1er semestre 2016. Si la première cession de l’année l’a conduite à réaliser une moins-value peu conséquente, le 2e arbitrage s’est révélé nettement plus fructueux puisqu’il a permis de générer une plus-value brute d’environ 1.79 M€, soit une plus-value nette d’1 M€ (et 23% de gain). Celle-ci sera entièrement redistribuée aux investisseurs qui recevront donc un dividende additionnel, distribué mensuellement depuis le début de l’année 2016.

Cette cession s’inscrit dans une stratégie plus globale, mise en œuvre par Corum Asset Management depuis le début de l’année. Celle-ci vise à diversifier la composition géographique et sectorielle des actifs, en évitant des zones surévaluées comme la France ou l’Allemagne (une implantation privilégiée par la plupart des SCPI françaises). Si Corum n’hésite pas à se déployer dans la zone euro (avec 9 implantations différentes en Europe, dont l’Italie depuis mai 2016), la SCPI privilégie les marchés en phase de reprise (comme l’Espagne, les Pays-Bas ou l’Irlande), qui lui permettent de réaliser de fortes plus-values à la revente.

Corum, une SCPI bien à part

Corum ne se démarque pas seulement par ses résultats exceptionnels. La distribution intégrale, et presque immédiate, de la plus-value nette réalisée en mai dernier peut surprendre mais s’inscrit parfaitement dans la politique mise en œuvre par la SCPI. Si les principes de prudence et de constitution de réserves sont privilégiés par la plupart des acteurs du marché, Corum recherche avant tout la performance et fait la part belle aux arbitrages opportunistes. Depuis sa création en 2011, la société de gestion développe ses stratégies en toute transparence, en utilisant les cycles plutôt qu’en les subissant (selon la devise de son président, Frédéric Puzin).
Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : au 19 juillet 2016, la SCPI détenait une cinquantaine d’actifs, principalement implantés en zone euro, et présentait un taux de rentabilité moyen de ses investissements particulièrement élevé (7.80%). La part du résultat mis en réserve a également augmenté, puisqu’elle est passée de 3% (2015) à 8% (fin du 1er semestre 2016).